IMG_3484

J'ai déjà fait allusion ici où là au gang des tibias et voici venu le temps de vous les présenter et de vous raconter leur histoire!

Il y a quelques mois, quand j'ai annoncé à mes collègues chéries et amies que je partais, toutes ont beaucoup ri de m'imaginer dans une ville qui selon elles allait être déprimante à souhait. Je connaissais le chauvinisme Alsacien, j'ai découvert celui Franc-comtois...

J'essayais donc de vendre ma ville natale, de la rendre attrayante et vivante, de leur donner envie de venir me rendre visite...quand m'est venue l'idée de leur parler de ma sortie préférée quand j'étais petite: un ossuaire! 

J'adorais aller là-bas, regarder ces ossements bien rangés, ces pelouses alentour bien nettes et l'atmosphère de tranquillité qui y régnait!

Mais pourquoi ? pourquoi je suis allée leur raconter ça ? elles ont de suite compris la relation entre les os bien rangés et mon côté psychorigide au travail et elles sont parties dans toutes sortes de délires.

Pendant de longues semaines, la chef du gang n'a eu de cesse de remplir mon casier avec toutes sortes d'offrandes que je suis obligée de remettre sur mon nouveau casier! C'est allé des photos d'ossuaires aux dessins de squelette pour atteindre son paroxysme: des os friandise pour chien!

Et puis le coup de grâce aura eu lieu lors de mon pot de départ où tout le monde a poussé la chansonnette sur une chanson bien connue remasterisée par des cinglées.

Voilà l'hisoire du gang des tibias... mais au delà de cette histoire drôle, il en est une beaucoup moins: ces cinglées, je vais devoir les quitter et très bientôt!

Bien plus qu'un travail, bien plus qu'un service, bien plus que des collègues, ce sont des amies que je quitte!

Des amies dont certaines attendent frustrées que je pleure à chaudes larmes de me séparer d'elles... alors je pleure très facilement devant un film ou un documentaire mais très difficilement devant un public ma steph... non pas que ça me soit égal de partir, juste que je suis très pudique et que ce serait mal venu de pleurer alors que c'est mon choix!    

J'ai fait la maligne jusqu'à il y a peu, me disant que j'étais sûre de ma décision, que je me sentais bien ici et que je n'avais aucune raison valable de pleurer...et puis aujourd'hui, les choses ont changé. Est-ce le décompte des heures qui me séparent de la dernière relève, de la dernière couche micro, de la dernière repart', du dernier repas à l'office, du dernier pointage, de la fermeture de mon casier avec tout ce qu'il contient rangé au fond de mon sac où le fait d'avoir mis aujourd'hui un pied dans mon nouveau service avec toutes les angoisses que cela a provoqué ? Toujours est-il que là, tout de suite, c'est difficile, tellement difficile!

Mon gang des tibias, mes amies, mes collègues proches, très proches et moins proches, vous allez tellement me manquer...

"tout choix est un renoncement" j'ai choisi de me rapprocher de ma famille et je renonce à une très belle histoire d'amour en vous quittant.                           Encore une fois merci pour tout, restez comme vous êtes et je ne vous oublie pas...      

Au gang des tibias: Hélène, Laurie, Laure, Pauline, Steph, Laetitia, Aline...

A tous mes collégues...